La Gabelle en France

     Le nombre des greniers à sel dans le « grand party » était de deux cent vingt-neuf en 1661, de deux cent cinquante-trois en 1785: on se plaignait beaucoup de la manière dont avaient été faites les circonscriptions des greniers, qui assujettissaient les populations à des déplacements pénibles et longs, car les gabellants étaient forcés d’aller s’approvisionner au grenier duquel ils dépendaient. Les assujettis étaient énumérés sur des registres appelés « sextés », généralement fort mal tenus. On se plaignait aussi de la mauvaise volonté des officiers des greniers à sel, de la lenteur affectée avec laquelle ils faisaient leur distribution, laissant les malheureux contribuables exposés aux injures de l’air et les forçant souvent à revenir et à perdre un nouvelle journée (tiers de Châtelrault), et surtout de l’habileté traîtresse avec laquelle ils faisaient lentement tomber le sel dans le boisseau de manière à ce qu’il ne se tassât point, qu’il y eut des vides, et qu’on fit un minot (72 litres) avec 65 à 66: c’est ce qu’on appelait « les bons de masse ».

     Le prix de vente varia avec les temps et aussi avec les greniers, les frais de transport étant variables, et aussi les droits attribués aux officiers de ces greniers, ou « droits manuels »: le prix d’achat aux marais salants avait aussi longtemps varié, mais il fut fixé par édit de 1711 à la somme immuable de 410 livres le muid. On ne peut donc donner que des moyennes. Avant l668, où Colbert diminua un peu les prix devenus excessifs, le minot (48ème partie du muid et pesant environ 100 livres ou un quintal) s’élevait parfois jusqu’à 49 livres 6 sols 6 deniers: sous Louis XVI le prix moyen dans les pays de grande gabelle était de 60 à  62 le quintal, soit 12 ou 13 sous la livre: l’État vendait donc 2880 livres ce qu’il achetait 40; là-dessus les droits manuels emportaient de 41 sous à 51 sous 9 deniers par minot. La consommation moyenne y était estimée par Necker 9 livres un sixième par tête: 6 à 7 dans les pays exposés à la contrebande,10 à 12 et demi dans ceux qui l’étaient moins.

     Quelques localités des pays de grande gabelle étaient privilégiées: Paris, Versailles, où nulle quantité n’était imposée aux acheteurs: Dieppe, Fécamp, le Havre, Honfleur, où le sel ne coûtait que 3 livres l0 sols le quintal: quelques paroisses de la généralité de Soissons, de la Bourgogne, l’élection de Rethel, les villes de Rocroy et de Charteville. Inversement il y avait parfois des crues locales: la Bourgogne, qui rejetait volontiers sur le sel partie de son don gratuit, a payé le sel à partir de 1721 jusqu’à 9 livres 10 sols par minot de plus que les autres provinces.

     Le privilège de franc-salé était un privilège très envié, qui dispensait par exemple de recevoir obligatoirement du sel des collecteurs, et qui permettait de le faire prendre aux greniers à un prix très abaissé, 10 livres le minot en pays de grande gabelle, 7 livres en Lyonnais, etc. Il y avait des francs-salés d’attribution, à des officiers tels que secrétaires du roi, payeurs et contrôleurs de rentes, nobles, ecclésiastiques, membres du conseil, officiers des cours souveraines, des chancelleries, etc.; des francs-salés de privilège ou de concession, c’est-à-dire de pure grâce; des francs-salés de gratification ou aumône, ainsi à des communautés religieuses, à des hôpitaux, etc.

     2°) LES PAYS DE PETITE GABELLE

     Les pays de petite gabelle étaient le Lyonnais, le Beaujolais, le Mâconnais, la Bresse, le Languedoc, la Provence, le Roussillon, le Velay, le Forez, les élections de Rodez et de Millau dans la généralité de Montauban, partie de la généralité de Riom. Le sel s’y vendait 40 à 42 livres le quintal dans le Lyonnais, 24 à 27 en Provence: en moyenne 6 à 8 sous la livre, et la consommation par tête, fort supérieure à celle des pays de grande gabelle à cause de la moindre cherté, atteignait sous Necker 11 livres trois quarts.

     Là aussi existaient des localités privilégiées: Gex, qui s’était racheté, le diocèse de Rieux, les villes de Cette, Aigues-Mortes,  Arles, etc.

Comments are closed.